Jacques vous vend les droits de son titre “vous”

L’artiste français Electro Jacques met en vente des NFTs (Non Fungible Token) offrant à chaque acheteur de devenir propriétaire des ayant droit de son morceau vous sorti le 3 juin dernier. L’ensemble des 192 acheteurs se partageront ainsi les revenus générés par les ventes de disques, les écoutes sur les plateformes de streaming ou encore d’autres utilisations qui pourraient survenir à l’avenir comme le jeu vidéo ou les publicités.

 

 

Chaque acheteur possède ainsi 0,51% des droits du titre soit 1 seconde de droit pour chacun. Mais comment réclament-ils leur part du gâteau ? C’est là où l’utilisation du NFTs prend tout son sens. Utilisant le principe technologique de la cryptographie, chaque acheteur est relié à une adresse (un code) spécifique et unique. Et acheter un NFTs implique l’utilisation d’un wallet (ou portefeuille) où l’achat de cryptomonnaies vous permet d’acheter le NFT. Pour le NFT de Jacques, le prix d’achat du NFT était de 0,25 ETH (ou Ethereum, l’une des cryptomonnaies les plus utlisées). Ce wallet et ce code représentent les deux éléments qui vont permettre à Jacques de vous verser une fois par an vos 0,51% de droits.

Des droits, mais pas que…

Les NFTs mis en vente par l’artiste sur la plateforme Rarible se décomposent en deux packs distincts :

191 Packs Standard vendus 0,065 ETH (~ 145€ au moment de la vente) comprenant : 

  • cette 1 seconde de droit
  • 1 vinyle numéroté, signé et tokenisé
  • 1 Visual NFT du contrat manuscrit et signé par Jacques
  • 1 Video NFT exclusive réalisée par Jacques
  • les stems + le master de 1 sec
  • accès au player sécurisé pour écouter les secondes débloquées en exclusivité

Un seul pack Gold vendu 0,25 ETH (~ 500€ au moment de la vente) comprenant : 

  • Cette 1 seconde de droit
  • 2 tickets à vie pour les concerts de Jacques (hors festival)
  • 1 vinyle numéroté #1, signé et tokenisé
  • 1 Visual NFT du contrat manuscrit et signé par Jacques
  • 1 Video NFT exclusive réalisée par Jacques
  • les stems + le master de 1 sec
  • accès au player sécurisé pour écouter les secondes débloquées en exclusivité

Ainsi outre cette opportunité de détenir des droits, l’artiste enrichit le wallet de l’acheteur par plusieurs produits dérivés digitaux. On notera également un droit à utiliser 1sec du master et des stems (soit les pistes audio en format musical) ou encore ce passe droit à pouvoir aller à vie aux concerts de Jacques. Tout cela doit être réclamé en connectant son wallet au site de Jacques.

Accompagné de l’agence RΞNAISSANCΞ, l’artiste français Jacques est l’un des premiers artistes musicaux français à vouloir exploiter les opportunités liées aux NFTs pour promouvoir sa musique. Ce format ouvre des portes incroyables vers une économie fondée sur la force d’une communauté. Donner les droits à sa communauté place ces acheteurs dans une position où le succès de leur investissement dépend du succès de l’artiste et de son titre. Plus l’artiste a du succès, plus ses actifs prennent de la valeur, plus ceux qui ont cru au projet et ont investi dans ses NFTs se voient récompensés. Non seulement à travers les droits, mais également à travers ce qu’on appelle le marché secondaire (ou secondary market). En effet, rien n’empêche ceux qui ont investi les 0,25 ETH dans ce NFT à le revendre au prix qu’il souhaite définir sur Rarible. Et pour chaque revente sur ce marché secondaire donne un pourcentage à l’artiste créateur du NFT.

Les NFTs maillent un monde virtuel encore flou pour beaucoup. Notre propension à vouloir soigner et donner de la valeur à notre présence sur le web couplée aux prouesses technologiques liées à la cryptographie nous mènent pourtant progressivement vers un univers permettant à un artiste de maîtriser ses revenues et s’entourer d’une communauté de fans encore plus impliqués dans la réussite de sa carrière. Ce n’est que le début…

You May Also Like

Roc-A-Fella Records souhaite interdire un NFT du premier album de Jay Z

L’expérience virtuelle d’Easy Life dans Fortnite

Le compositeur Hans Zimmer définit le son du i4 EV de BMW

Diptyque Paris met en chanson son dernier parfum

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *