La supervision musicale au service du long métrage et des marques

Le Son Dopamine c’est le podcast qui lie la Musique au Marketing grâce à des interviews de professionnels qui témoignent de l’importance de la musique au sein de leur activité.

Elise Luguern est une figure de la supervision musicale pour le cinéma, comptant à son actif des réalisations pour “Passion” de Brian De Palma ou encore Le “Sens de la fête” d’Olivier Nakache et Eric Toledano. Depuis juillet 2020, Elise rejoint Josette Music Club en tant que co dirigeante. L’occasion parfaite pour comprendre en quoi la supervision musicale à destination du long métrage s’apparente à de la composition musicale pour de la communication de marque.

 

1’25 : Qu’est-ce qui a motivé ce rapprochement avec Josette Music Club ?

Josette Music Club est une maison de production musicale et sonore indépendante à destination des campagnes médias de diverses annonceurs qui souhaitent communiquer par le biais de différents supports. L’arrivée de notre invité dans les équipes de JMC pose ainsi la question de cette union entre d’un côté la production musicale publicitaire et de l’autre celle à destination des longs métrages.

“Unir nos forces” est la raison évidente de ce rapprochement selon notre invité. Le travail de chacune de ses parties est finalement assez similaire dans la manière d’aborder l’image quelque soit le type de format. Le storytelling fait partie intégrante du processus et c’est cette notion de “sur-mesure” dans le service apporté au client qu’Elise Luguern considère comme un fondamental des deux activités.

3’37 : L’écoute : activité primordiale pour définir une musique de long métrage et publicitaire

Le brief est une partie intégrante et un point de départ pour chaque agence pour comprendre les attentes de son client en matière de publicité. Concernant le long métrage, c’est également une nécessité car cette phase d’écoute est primordiale pour définir une musique. Beaucoup d’échanges se porteront sur le film en lui même, ce qu’il raconte et comment il souhaite être raconté.  Tout cela en essayant d’en apprendre plus sur les personnes derrière la réalisation du film afin de cerner le ton. Le travail préparatoire pour rentrer dans l’univers du film est très important et peut prendre du temps.

Mais tout comme le domaine publicitaire, une production musicale à destination du long métrage implique certes une écoute importante au début du projet mais continuellement tout au long du projet. Il s’agit d’un point important car permettant d’être convaincu que le projet avance dans la bonne direction et respecte la demande d’origine.

 

7’06 : Comment identifier les bons partenaires dans la réalisation d’une composition musicale

Le métier d’Elise est de pouvoir assurer la livraison finale des bandes musicales. Dans cette optique, celle ci accompagne ainsi les compositeurs dans l’identification de l’équipe en charge de la composition soit les musiciens ou encore l’ingénieur du son. Il s’agit d’un vrai travail de collaboration artistique avec le compositeur et le réseau est fondamental pour s’entourer des meilleures personnes.

 

9’22 Le principe de storytelling dans la composition musicale de films doit il s’apparenter à de la composition musicale publicitaire ?

J’ai la conviction que la musique de film est une histoire qui se raconte d’elle-même. La composition musicale prend compte les péripéties du film, les différentes ambiances et les émotions des différentes scènes du film mais tout en suivant une même ligne directrice grâce à un thème musical unique. J’ai le sentiment que c’est sur ce principe fondamental du storytelling sur lequel les marques doivent s’appuyer pour rythmer leur prise de parole et apporter une dynamique spécifique à chacune de leur communication : un thème unique, travaillé de manière différente par la marque en fonction de ses prises de parole.

Et l’intervention d’Elise dans cette conviction est passionnante car oui la musique a un rôle de signifiant et doit aider à traduire une émotion ou du moins à donner du sens au message. Mais dans le travail de production musicale pour une marque, il est fondamental de pouvoir trouver un équilibre. Car si la musique joue un rôle trop important dans le contenu d’une marque, cela peut être au détriment du message que celle ci souhaite faire passer. Une marque souhaite communiquer sur des émotions, son identité mais tout en mettant en avant des éléments rationnels tels que ses produits et ses services. C’est un travail complexe de pouvoir capitaliser sur la musique sans desservir la communication de la marque et vice versa, faire en sorte que le message de la marque n’entrave pas le rôle de la musique.

J’ai voulu axer la deuxième partie de l’épisode sur des questions plus personnelles, souhaitant profiter du pouvoir créative de mon invité. Il fut ainsi passionnant d’avoir son avis sur les compositions musicales de marque qui ont selon elle du sens. La pandémie a un impact sur l’ensemble du secteur et bouleverse l’activité de chacun, comme celle d’Elise. Enfin profitant de l’épisode précédent où la notion de Culture Geek a été évoqué avec le directeur créatif du No Limit Orchestra Fréderic Durrmann, il fut intéressant de constater la sensibilité de mon invité sur le travail de production musicale à destination d’un jeu vidéo. Une prochaine ambition pour Elise Luguern ? Tous ces sujets peuvent être écoutés dans la deuxième moitié de l’épisode du podcast “Le Son Dopamine”, disponible ci dessus ou sur toutes les plateformes de streaming.

You May Also Like

En quoi la Musique fait partie intégrante de la Culture Geek

Comment un label peut aider ses artistes à collaborer avec les marques ?

La Ville et la Musique : Développer la scène musicale à Arras, avec Louise Cartier

Entretenir le lien avec la scène émergente en temps de confinement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *