En quoi la Musique fait partie intégrante de la Culture Geek

Le Son Dopamine c’est le podcast qui lie la Musique au Marketing grâce à des interviews de professionnels qui témoignent de l’importance de la musique au sein de leur activité.

Il est indéniable de constater que la culture geek ne peut plus être considérée comme un mouvement culturelle de niche. Grâce à Fréderic Durrmann, directeur artistique du No Limite Orchestra, nous démontrons dans cet épisode en quoi la musique est véritablement un élément central de cette culture transgénérationnelle. Tentons de comprendre comment cet orchestre spécialisé dans la réinterprétation de musiques de jeux vidéo souhaite populariser la culture Geek.

 

 

2’25 : Présentation No Limit Orchestra

Comme dit plus haut, le NLO est un orchestre de professionnels et d’amateurs basé à Strasbourg qui a pour activités de réinterpréter des musiques de jeux vidéo, d’animés ou encore de mangas, actifs immatériels propre à la culture geek. Une activité singulière puisque la France compte deux orchestres de ce type sur son territoire dont le No Limit Orchestra. Mais nous le verrons au fil des échanges de ce podcast, la culture geek rassemble beaucoup plus qu’elle divise.

Cette culture se définit avant tout par une communauté de passionnés et de créatifs. Elle concerne l’imaginaire à travers la science-fiction, les comics, le genre fantasy ou encore fantastic. Elle se rapproche donc par évidence aux sciences et surtout aux nouvelles technologies comme à travers le hacking par exemple. Ces territoires se retrouvent dans l’univers de nombreux jeux vidéos et c’est ce qui définit principalement cette culture geek. Si ce dernier élément pourrait nous inciter à associer les geeks à du communautariste, la place donnée à ces territoires se retrouvent de plus en plus par le biais de nombreux formats de diffusion (télévision, cinéma, parc d’attractions etc…).

Mon commentaire personnel et dissocié de notre échange avec Frédéric serait de dire que la stratégie de développement de l’univers Marvel et DC Comics sur grand écran ainsi que l’augmentation de l’intérêt porté aux jeux vidéos (motivés en partie par le virtuel et l’essor du e gaming) nous incitent à considérer la culture geek comme étant de plus en plus déterminante dans notre société. Ce qui explique, nous allons le voir, en quoi la musique est un élément indispensable à la reconnaissance de cette culture.

 

4’15 : Musique Classique & Culture Geek

D’un point de vue musical, Frédéric a pu faire face à différents préjugés de la part des musiciens professionnels sur la crédibilité des musiques jeux vidéos à l’instar de la musique classique. D’une part grâce à un catalogue riche et d’autre part en découvrant que de plus en plus de compositeurs émérites s’adonnent à la composition de musiques de jeux vidéos, plusieurs mélomanes s’y intéressent à présent. D’autre part, c’est la curiosité qui a permis au NLO d’agrandir sa communauté de fans et à permis de convaincre les plus sceptiques. Cas intéressant, la culture geek proche du domaine du jeu vidéo a interpellé de nombreux enfants, les incitants à convaincre leurs parents de vivre cette expérience musicale.

 

7’50 : Quelles musiques de jeux vidéos sont jouées par le NLO ?

Depuis le début du NLO, plus de 110 musiques ont été retranscrites par le chef d’orchestre, allant de Final Fantasy à L’Attaque des Titans sans omettre The Witcher ou encore Zelda. Frédéric souhaite également ne pas omettre les jeux vidéos indépendants en incluant leurs musiques dans leurs représentations Live.

10’13 : Le rôle sociétal de la musique dans la culture geek

 

“Le succès de cette culture s’expliquerait par un besoin de recréer du lien et du sens dans une société volontiers marquée par l’individualisme”.

A la lecture de cette phrase inscrite dans le dossier de présentation du NLO qui présente la culture geek, c’est un sentiment d’évidence qui m’a traversé l’esprit. Non seulement en tant que geek moi même à travers l’univers du jeu vidéo et l’importance de la communauté, mais cette phrase résonne également dans ma tête de passionné de musique. La musique joue un rôle déterminant car elle unit des populations par son langage universel. Unifier la musique à la culture geek paraît comme une évidence et un élément déterminant pour aider à promouvoir, à éduquer et à aider à identifier les fondements de cette culture. L’exemple des enfants amenant leurs parents au concert du NLO a marqué Frédéric Durrmann. Les parents ont salué cette initiative d’une part pour avoir trouvé des sujets de conversation commune avec leurs enfants en découvrant cet univers (et donc de créer du lien entre eux) et de leur avoir offert un moment de découverte musicale. Des preuves qui suffisent à justifier la culture geek comme étant une culture transgénérationnelle.

 

14’01 : Quel est le rôle du pôle numérique du NLO ?

La musique n’est pas le seul élément qui permet de justifier le succès du No Limit Orchestra. Le numérique a une place fondamentale dans l’expérience live musical du NLO. Un pôle numérique existe donc au sein de l’orchestre et a vocation à développer des outils afin de permettre l’interactivité entre le public et les musiciens. Une première application a été développée visant à faire participer l’auditoire lors des représentations Live. Ce dernier est invité à télécharger l’application lui permettant de suivre en direct la playlist des morceaux joués et de donner un avis sur chacun aidant le NLO à recueillir les feedbacks positifs et négatifs de chacune de leurs représentations. L’application intervient également lors des medleys joués par l’orchestre. Les utilisateurs sont ainsi invités à inscrire la liste des jeux vidéos / mangas / animés qui sont joués et peuvent prétendre à gagner de nombreux lots.

Mais l’aspect ludique ne s’arrête pas là puisque le NLO a développé une application Tetris sous forme d’instruments de musique donnant la possibilité au public de jouer à une partie de Tetris en pleine représentation de la musique par l’orchestre.

Enfin, Frédéric et son équipe ont mis en place des Live Run. Prenons ainsi l’exemple du jeu vidéo Street Fighter. L’orchestre est accompagné de Nishan, joueur spécialiste du genre, qui jouera une partie pendant le Live. L’objectif pour l’orchestre est de pouvoir jouer la musique du jeu vidéo en fonction de l’avancée dans le jeu du joueur Nishan. Mais puisqu’une vidéo vaut plus que des mots, en voici une représentation.

 

Toutes ces innovations réussissent non seulement à créer de l’interactivité entre le public et l’orchestre, à éduquer de manière ludique mais également à apporter du dynamisme aux représentations. En somme, les fondements du jeu vidéo ! Le NLO gamifie leur expérience musicale Live !

 

22’15 La mission éducative du No Limit Orchestra

 

Outre les représentations Live, le No Limit Orchestra partage une valeur éducative forte. Frédéric Durrmann détient énormément de passion et d’envie sur le partage de cette culture et son lien avec la musique auprès des écoles. Une première collaboration s’est fait dans une école à Strasbourg afin de laisser parler la créativité des enfants dans la création d’une musique de jeu vidéo; de la phase de pitch, des images, du level design à la musique.

 

Les dernières dizaines de minutes du podcast ont permis notamment d’échanger sur la structure du No Limit Orchestra. Les nombreuses activités que vous avez pu lire plus haut sont le fruit d’un travail colossal et rendu possible par des rencontres de passionnés, et également par l’accompagnement réalisé par l’incubateur Fluxus qui aide le NLO dans son développement. Fabrice Jallet, en partie en charge de la mise en place de l’appel à candidature de Fluxus avait participé il y a plusieurs mois à un podcast, à ce moment en tant que responsable du pôle Innovation de l’Irma. Une occasion pour moi de le remercier chaleureusement car sans qui je n’aurais pu avoir la chance de rencontrer et de pouvoir avoir cet échange passionnant avec Frédéric. Ne manquez pas la suite de cette conversation sur toutes les plateformes de streaming avec notamment un échange sur les collaborations Artiste & Jeu Vidéo (notamment sur le cas Travis Scott) ou encore les ambitions du No Limit Orchestra pour les mois à venir.

You May Also Like

Travis Scott et Mc Donald’s, Tinie Tempah et Burger King : quand le Fast Food se met au rap

Le rappeur Stormzy intègre le jeu Watch Dogs Legion d’Ubisoft

League of Legends signe un accord exclusif avec Spotify

Comment un label peut aider ses artistes à collaborer avec les marques ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *