Pourquoi la promotion d’artistes passe aussi par les petits coins…

Faire de la publicité dans les toilettes ? Drôle d’idée ! C’est pourtant le pari de LittleCorner qui développe une solution d’affichage digitale directement dans nos lieux de grande intimité. La raison est simple : « [Au petit coin], les tests démontrent un taux record de mémorisation à 3 jours de 85% ». Et si plusieurs marques comme Chauffeur Privé ou encore Vueling Airlines ont souhaité capitaliser sur ce format publicitaire, il semble que la musique ait également sa carte à jouer. Pour nous aider à considérer ce type d’affichage bien particulier comme outil de communication pour l’industrie de la musique, LittleCorner a accepté de répondre à quelques questions sur leur activité et leurs projets réalisés conjointement avec des labels et artistes.

 

Mais avant cela, laissez moi vous présenter l’entreprise française. Cette dernière a réussi à développer un réseau national d’écrans publicitaires comprenant 2000 écrans dans 600 lieux accueillant du public tels que des restaurants, des bars, des centres commerciaux ou même des salles de spectacle. Par l’utilisation d’écrans digitaux, cette forme de publicité est désignée comme étant de l’OOH (Out Of Home). Et outre le nombre de « waters » qu’ils réussissent à occuper, LittleCorner dote ses annonceurs clients d’une plateforme permettant non seulement d’exposer leur message à une cible précise mais également un suivi en temps réel de leur campagne d’affichage.

Mais en quoi l’industrie de la musique et plus précisément les artistes, peuvent se sentir concernés par ce type de publicité ?

LittleCorner : « Notre solution OOH correspond parfaitement au secteur de la musique, notamment lors de la sortie d’un nouvel album ou d’un EP. »

Ainsi plusieurs campagnes ont été réalisées ces derniers mois avec des labels tels que Six et Sept pour le groupe de pop soul français Kimberose, Panenka Music pour la promotion de Thérapie Taxi, Studio !K7 ou même Believe Digital pour la chanteuse Anna Leone et le rappeur S.Pri Noir sans oublier la promotion de Guizmo de chez Because Music.

Le Son Dopamine : Comment arrivez-vous grâce à votre réseau, à définir une cible particulière pour la promotion d’un artiste ? Sur quels critères vous basez-vous ? 

LittleCorner : Nous travaillons directement avec les chefs de projet des labels qui eux connaissent leurs artistes. Ils ont des informations sur le public de l’artiste grâce aux données provenant des plateformes de streaming, via Facebook, les recherches Google, données liées aux concerts de l’artiste, des centres d’études internes au label etc… Ces informations nous sont ensuite communiquées. Ainsi, nos lieux partenaires nous aident à définir les cibles de leurs établissements. Les critères sont l’âge, la catégorie socio-professionnelle et selon les jours et horaires de la semaine. Ainsi nous savons qu’un bar étudiant correspond à une cible musique plus électro / urbain, un lieu plus âgé CSP+ sera plutôt tourné jazz/soul.

Le Son Dopamine : Le genre musical est donc un critère que vous prenez en compte dans chaque stratégie de diffusion en OOH ? 

LittleCorner : Oui, comme expliqué juste avant, chaque affilié propose un style musical. Nous nous basons donc là-dessus pour diffuser la campagne au bon endroit. Aussi, nous sommes au courant des programmations des salles de concert partenaires.

Le Son Dopamine : Comment arrivez-vous à expliquer la réussite d’une campagne OOH d’un artiste ? Quels indices de performance communiquez vous à l’artiste ? 

LittleCorner  : Le taux de mémorisation d’un spot publicitaire aux toilettes est de 85% et c’est ce qui intéresse les labels. Le KPI principal est le nombre de vues complétées. Les écrans LittleCorner possèdent un capteur thermique permettant de comptabiliser le nombre de vues que les campagnes enregistrent. Nous envoyons donc aux clients des rapports journaliers du nombre de vues que la campagne réalise quotidiennement. Exactement comme du pré-roll sur Youtube, les annonceurs payent uniquement les vues 100% complétées.

Pour des sorties EP/album, la réussite d’une campagne est liée à la vente d’albums et au nombre d’écoutes en streaming. Ces résultats sont corrélés au plan média général de l’artiste. Nous avons aussi des retours du dispositif sur les réseaux.

 

Vous l’aurez compris, une stratégie d’affichage publicitaire OOH est une opportunité importante pour un artiste qui souhaite maximiser sa visibilité et répondre à différents objectifs de notoriété mais également d’engagement, invitant toute personne soumise à la traditionnelle pause pipi de s’intéresser mais surtout à retenir une date de concert. Car l’atout principal mis en avant par LittleCorner concerne bel et bien un taux de mémorisation important sur ce type de lieu très spécifique.

You May Also Like

Whiskas lance la station de radio pour chats

Hans Zimmer compose une musique digne d’un film pour Range Rover

Avez-vous déjà regardé un concert live dans un avion ?

Music Liberates Music : La campagne de Bacardi et Major Lazer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *